ING Direct : un nouveau cap pour la banque en ligne

ING Direct consolide sa position de leader en France et a franchi la barre des 860 000 clients. Dans ce contexte la banque en ligne ne s’endort pas sur ses lauriers, et poursuit sa stratégie de développement.

ING Direct lance l’Observatoire « les Français et l’Argent » en partenariat avec TNS Sofres, le but pour la banque en ligne est de comprendre les attentes des Français et d’y répondre. Déjà l’Observatoire a fait un premier constat en avril 2012 : 65% des français ne considère pas leur banque comme un partenaire pour leur projet. Il y a donc un écart qui se creuse entre les clients et les banques traditionnelles. ING Direct prend donc la balle au rebond et souhaite être le réel partenaire financier des usagers de la banque en proposant davantage d’autonomie, simplicité et transparence de l’ensemble de son offre bancaire. Par ailleurs les clients demandent plus de clarté dans les tarifs des produits et services des banques. Certains établissements bancaires jouent le jeu tandis que d’autres se contentent de produire la fiche tarifaire de base qu’avait recommandé le gouvernement. ING Direct fait partie des banques en ligne qui propose une tarification transparente et claire. La banque a bien compris qu’il faut avant tout gagner la confiance des clients dans un contexte de crise où les français éprouvent un sentiment de défiance vis-à-vis des établissements financiers traditionnels qui n’assument plus leur rôle de conseil financier. ING Direct travaille en ce sens.

Devant le succès de l’agence ING Café de Paris dans le quartier de l’Opéra qui représente 20% des encours collectés en produits d’épargne, ING Direct France souhaite développer sa stratégie de concept ING Café en ouvrant deux nouvelles agences. Le but étant de se rapprocher encore plus de ses clients : ING Direct France va ouvrir à la rentrée une agence physique au centre ville de Lyon. Toutefois l’ouverture d’agences ING Direct Café reste exclusif et n’est pas la finalité de la banque en ligne qui précise que son fonctionnement est basé sur une « structure de coût légère ».