Le compte à terme : une épargne peu connue pouvant être intéressante à moyen terme

Le compte à terme est un compte de dépôt bloqué pendant un certain moment et génère des intérêts. Voici quelques éclaircissements sur cet autre type d’épargne qui peut finalement s’avérer intéressant.

Contrairement à un compte courant, le compte à terme est une sorte de dépôt bloqué à court ou moyen terme. La durée minimale du dépôt est en général un mois. La durée maximale peut atteindre les cinq ans. Cela varie d’une banque à une autre. En d’autres termes, le compte à terme est une épargne. L’épargnant bénéficie d’un capital et d’une rémunération grâce à son dépôt. La rémunération sera plus intéressante si la durée d’immobilisation est plus étendue. Cependant, le titulaire du compte doit respecter l’échéance prévue dans le contrat. S’il décide de raccourcir ce délai, il n’obtiendra pas le taux initialement annoncé. À savoir également qu’il est impossible de placer d’autres fonds dans le compte à terme une fois le contrat signé. Il faut attendre le déblocage du compte à l’échéance.

Il existe deux formes de compte à terme. Il y a, d’une part le CAT à taux progressif et, d’une autre, le CAT à taux fixe. Dans le premier cas, le taux d’intérêt sera stipulé clairement dans le contrat. Dans le second, le taux augmentera par semestre ou par trimestre de façon régulière. Le fonctionnement du CAT est très simple. Le client ouvre un compte et place un capital. Celui-ci sera rémunéré pendant la durée du contrat. En règle générale, l’établissement bancaire fixe un plafond pour ce capital. Que le taux soit variable ou fixe, l’épargnant gagnera toujours sur la durée du placement. Plus, c’est long, mieux la rémunération sera.

La banque parle toujours d’un taux annuel. Mais cela n’empêche en rien l’investisseur à épargner pour une durée inférieure à une année. Le calcul des intérêts à partir d’un taux fixe est relativement simple. Il suffit de multiplier dans, un premier temps, le montant du capital par le nombre de jours de placement et le taux d’intérêt annuel. Ensuite, il faut diviser la somme obtenue par 365. Pour un taux progressif, la banque fournira un tableau avec les informations indispensables et la formule de calcul adéquate. En ce qui concerne les conditions de rémunération, les banques sont libres. À noter, par ailleurs, que les CAT n’impliquent aucun frais de fonctionnement. En revanche, des pénalités seront appliquées si l’épargnant débloque les fonds avant l’échéance.

Chaque banque fixe elle-même le taux de pénalité. Toutefois, la plupart des établissements bancaires appliquent un taux de 0,5% en cas de restitution des fonds de manière anticipée. Mais la ponction peut s’avérer plus conséquente. Au niveau de la fiscalité, les CAT sont soumises aux mêmes règles que les valeurs immobilières. L’investisseur peut déclarer à sa propre initiative les intérêts perçus ou demander à la banque de retenir le montant équivalent à l’imposition.

Posté dans Actualités bancaires