Solidarité financière : La famille, une valeur sûre

Les résultats du sondage CSA pour le compte de la MACIF et de l’UNIOPSS ont été rendus publics le mois de janvier dernier. Cela a permis de conclure que les Français accordent encore une place importante à la famille en termes de solidarité financière.

L’enquête s’est portée sur un échantillon de 990 individus. Ce sont des représentants des Français classés en termes d’agglomération, de sexe et d’âge. Sur ces 990 Français sondés, 75% craignent une situation de précarité. Cela peut leur toucher personnellement ou concerner un membre de leur entourage. Les personnes actives anticipent mieux cette situation puisqu’ils sont 82% à le prévoir. 87% de ces personnes font partie des catégories populaires. Ces chiffres démontrent que les Français sont inquiets face à une éventuelle précarité. Le fait que leur inquiétude soit si élevée a apporté une certaine modification dans le classement des valeurs dans la société française. Face à un sentiment d’injustice sociale, les Français recherchent de la protection et de la sécurité. À ce propos, la famille intervient en première ligne. En effet, 46% des sondés choisissent la famille comme valeur dominante. En d’autres termes, la famille est considérée comme un cercle protecteur. Derrière la famille figurent l’honnêteté et la justice. On note, par ailleurs, une nette progression de la liberté et de la sécurité dans cette hiérarchie des valeurs dominantes.

58% des Français choisissent de se tourner vers la famille en cas de situation de précarité. C’est donc aux siens qu’ils demanderaient de l’aide. 40% sont prêts à lancer un appel de SOS à des associations. Seul 1% des sondés ne sait à quelle entité recourir dans une telle situation.

L’importance de la solidarité

La solidarité est, de nos jours, perçue à 40% comme une générosité, à 43% comme une protection sociale et à 61% comme une entraide. Vu l’importance de la famille dans les esprits des Français d’aujourd’hui, la solidarité y prend désormais une place de plus en plus large. Toutefois, l’opinion est divisée sur le partage. Plus de la moitié des sondés souhaitent mettre un ordre de priorité pour bénéficier de cette solidarité. 60% de ces personnes qui se sont prononcées sont des partisans de droite. En revanche, 49% des partisans de gauche estiment que cette aide doit profiter à tous. Toutefois, sur une question posée à propos de la hiérarchie des besoins d’urgence, la plupart des personnes interrogées se mettent d’accord. Parmi les bénéficiaires prioritaires des aides sociales et financières figurent les sans-abri, les handicapés, les personnes âgées et les malades.

Ainsi pour sortir de la crise et éviter une situation précaire, les Français comptent sur la famille mais également sur les associations en se basant sur ce sentiment d’entraide et de générosité. 47% des personnes qui font confiance aux associations se basent sur l’expérience de ces derniers sur le terrain. 46% leur font confiance pour leur caractère social. Elles ne cherchent pas à faire du profit. Enfin, 40% se tourne vers les associations pour leur transparence en matière financière.

Posté dans Actualités bancaires