Tarifs bancaires : l’effet yoyo en 2014

Les Echos vient de publier un dossier consacré aux tarifs des banques qui s’appuie sur l’Observatoire de l’association de défense de consommateurs, UFC Que Choisir. Ce dernier montre que les établissements bancaires ont plus ou moins tenu leurs promesses faites en 2010, et que d’un autre coté, les banques en ligne confirment leur position de banques les moins chères.
Quatre ans après la création de son Observatoire, l’association UFC Que Choisir est récemment retournée sur les pratiques des banques et a fait un nouveau point sur leurs tarifs en 2014. Premier constat : les banques ont dû s’adapter aux évolutions règlementaires de cette année. En effet la loi bancaire de juillet 2013 et la toute récente loi Hamon qui vise à protéger davantage les consommateurs. La loi bancaire a notamment instauré un plafond sur les commissions d’intervention en cas d’incident de paiement à 80 euros par mois afin d’éviter les découverts trop important. De même que les banques sont désormais obligées de prévenir par courrier leur client qu’une commission leur sera prélevée. Les clients plus fragiles devront se voir proposer par leur banque une solution alternative de paiement. Malgré cette baisse généralisée des tarifs, UFC Que Choisir constate par ailleurs que certains services bancaires ont augmenté. Ainsi les frais de retraits d’espèce externes au réseau bancaire ont bondi entre 24 et 328% selon les établissement en quatre ans. Il en est de même pour les frais de tenue de compte encore prélevés par les banques de réseaux (une hausse située entre 25 et 712%). UFC Que Choisir a également passé au crible les banques en ligne 100% web et celles issues des réseaux bancaires classiques. Parmi le palmarès établi ce sont Boursorama Banque et ING Direct qui s’avèrent les moins chères. Elles se distinguent en effet par l’absence de frais bancaires que d’autres concurrentes facturent.

Posté dans Actualités bancaires